Poupée pas si fragile au caractère mutin,

femme-enfant espiègle, Solenn’ égrène de sa voix chaude et claire ses petits mondes ciselés qui brossent des portraits du quotidien.
Parfois tendre et légère ou bien douloureusement nostalgique, chaque chanson porte une ambiance singulière.
Le sens de la mélodie, le goût pour les balades mâtinées de jazz et d’accents celtes diffusent une âme chaude et colorée.

 

Paysage chéri où prend pied la maison familiale de son enfance, résonances féroces de démonstrations amoureuses un peu spéciales, ennui des jours aux couleurs passées...
Les thèmes de ses chansons parlent avec volubilité de rapport à l’innocence, d’utopies enfantines ou encore d’un coup de pied dans la fourmilière pour faire exploser une routine lassante.

 

Solenn’ tricote de petits univers brodés autour de phrases qui chantent, la poésie en trame de fond telle une rythmique. Equilibriste de la mélodie des sons, jongleuse de mots, elle joue avec les tons et les images sortis de ses micro-univers poétiques à grand coup de fraîcheur et d’intimité.